Un lieu, une histoire

1974, La réouverture du Théâtre par Peter Brook

Extrait du livre "Points de suspension" de Peter Brook, Editions du Seuil.

© Leigh Hatwell
© Leigh Hatwell
© Joachim Olaya
© Patrick Tourneboeuf
© Patrick Tourneboeuf
© Joachim Olaya

Trois années de voyages et d'expériences nous avaient appris - à la dure - ce qu'est un bon espace, et ce qu'est un mauvais espace. Un jour, Micheline Rozan me dit : "Il y a un théâtre derrière la gare du Nord que tout le monde a oublié. J'ai entendu dire qu'il était toujours là. Allons voir ! "Nous avons sauté dans une voiture, mais arrivés à l'endroit où le théâtre aurait dû se trouver, il n'y avait rien, juste un café, un magasin et une façade aux fenêtres nombreuses, typique des immeubles parisiens du XIX siècle. Pourtant, nous remarquâmes sur le mur un bout de carton qui bouchait vaguement un trou. Nous le retirâmes, nous nous frayâmes un chemin à travers un tunnel poussiéreux, pour soudain nous redresser et découvrir, délabrées, carbonisées, ruinées par la pluie, grêlées, et pourtant nobles, humaines, lumineuses, à couper le souffle : les Bouffes du Nord.

Nous prîmes deux décisions: l'une, de laisser le théâtre exactement comme il était, de ne rien effacer des marques qu'une centaine d'années de vie lui avaient laissées; l'autre, de ressusciter l'endroit aussi vite que possible, On nous prévint que c'était impossible, Un fonctionnaire du ministère nous dit que cela prendrait deux ans pour obtenir l'argent et les permis, Micheline refusa leur logique, accepta le défi. Six mois plus tard, nous ouvrions avec "Timon d'Athènes".

Nous avions conservé les vieux sièges en bois du balcon, mais en les recouvrant d'un nouveau tissu. Pendant les premières représentations, quelques personnes sont restées littéralement collées à leur siège, et nous avons dû rembourser quelques dames très fâchées d'avoir laissé un morceau de leur jupe.

Heureusement, il y eut beaucoup d'applaudissements, mais qui cassèrent littéralement la baraque, puisque de grands pans de moulures se détachèrent sous l'effet des vibrations, et tombèrent, ratant de peu les têtes de nos spectateurs. Depuis, le plafond a été nettoyé, mais l'extraordinaire qualité acoustique demeure.

Micheline et moi nous avons établi une politique: le théâtre devait être simple, ouvert, accueillant. Pas de sièges numérotés, prix unique, et ce prix devait être aussi bas que possible, la moitié ou le quart de ceux du boulevard. Notre objectif était de rendre le théâtre accessible aux gens des lointaines banlieues, aux familles, qu'elles ne soient pas arrêtées par le coût d'une sortie à quatre ou cinq; et nous organisâmes des matinées le samedi - où le public était le meilleur et le plus chaleureux - à des prix plus bas encore. De cette manière, les personnes âgées, qui avaient peur de sortir le soir, pouvaient venir. Nous prîmes aussi la décision de prendre la liberté de fermer le théâtre quand nous voulions, ou de donner des représentations gratuites pour Noël ou Pâques pour les gens du quartier.

Nous voulions faire des ateliers, des animations pour les enfants, ou avoir la possibilité de sortir pour rencontrer des gens, avec nos improvisations, pour que les Bouffes ne deviennent pas un théâtre à répertoire, mais reste un Centre.

Naturellement, tout cela coûte beaucoup plus cher que l'entretien quotidien d'un théâtre pratiquant des prix normaux, et malgré le soutien dévoué du nouveau ministre de la Culture, Michel Guy, les subventions du gouvernement français restaient insuffisantes. Ma grande chance était d'avoir Micheline pour partenaire - c'est son intelligence et l'originalité de son point de vue qui nous ont permis, année après année, de survivre sur notre corde raide.

De 1876 à 1974

Chapitre extrait du livre "Les Théâtres de Paris" par Geneviève Latour et Florence Claval.
Edité par la Délégation à l'Action Artistique de la ville de Paris.

© Patrick Tourneboeuf
© Leigh Hatwell
© Joachim Olaya
© Joachim Olaya

1876

Destiné au répertoire de Caf-conc’ , le théâtre des Bouffes du Nord, commandé par M. Chéret à l'architecte Louis-Marie Emile Leménil, est construit sur des fondations déjà existantes, supposées être celles d'une caserne dont le projet fut abandonné. La salle comporte 530 places réparties en un parterre, un rang de loges et une galerie.
Le spectacle d'inauguration, une revue "Ta-Da-Da" n'obtient aucun succès. M. Chéret comprend alors qu'il s'est attaqué à trop forte partie, et cède la place au bout de quelques mois.

1876 à 1885

Une quinzaine de directeurs malchanceux se succèderont. Le théâtre, situé dans le quartier excentré de la Chapelle, en lisière des champs, mal éclairé et mal desservi, rebute les habitués des salles parisiennes. Quant au public de l'endroit, il n'est pas préparé à assister sagement à un spectacle. Il arrive que la police soit forcée de l'expulser tant il prend part avec passion aux événements qui se déroulent sur la scène.
1882 L'anarchiste Louise Michel, tente d'attirer les "Marlous" et les "Gigolettes" en faisant jouer une pièce révolutionnaire "Nadine" qui tombe à plat, dans une totale indifférence.
1885 Après que la nouvelle directrice, Mme Olga Léaud, soit partie avec la caisse sans payer les artistes, le théâtre ferme.
Septembre 1885 Abel Ballet, metteur en scène qui sévit principalement dans les théâtres de quartier, rouvre les Bouffes du Nord. Il y monte de grandes fresques historiques et des mélodrames où Margot pleure à gros sanglots. Le spectacle commence à 7 heures le soir et fini souvent au-delà de minuit. Tout comme à Montparnasse, on apporte son fricot que l'on réchauffe sur le poêle commun et que l'on déguste à l'entr'acte, Cette année-là débute Yvette Guilbert dans "La Reine Margot" d'Alexandre Dumas.

1890

Le théâtre du Château d'Eau vient de fermer ses portes et le jeune Firmin Gémier se trouve au bord de la misère. Il est engagé, alors, aux Bouffes du Nord mais il se sent frustré par le répertoire du théâtre devant lequel se pâme le public de la Chapelle et de la Villette.

1893

Abel Ballet accueille - et c'est tout à son honneur - Lugné-Poë qui, avec les comédiens du théâtre de L'reuvre, crée "Rosmersholm" et "Un Ennemi du peuple" de Ibsen, dans des décors dessinés et peints par Vuillard.
"Les Bouffes du Nord une fois louées, on dut répéter. Cependant que Edouard Vuillard aidé de quelques bons amis, Pierre Bonnard, Ranson, Sérusier, consentait à peindre sur la terre froide dans le magasin de décors de la rue de la Chapelle près des bureaux de la petite vitesse du chemin de fer du Nord. Comment nos bons amis ne sont-ils pas eux aussi morts de bronchite ? Il faut avouer que Vuillard et ses compagnons, retapant à 7h ou 8h du matin les vieux châssis que nous trouvions, ont risqué leur santé et leur jeunesse dans l'aventure. Le magasin de décors des Bouffes du Nord était ouvert à tous les vents et il n'y avait aucun chauffage."
Lugné-Poë. "Souvenirs"

Décembre 1893

Création de "Ames solitaires" de G. Hauptmann, mise en scène de Lugné-Poë.

Février 1894

Création de "Solness le constructeur" d'Ibsen, mise en scène de LugnéPoë.

1896

Abel Ballet quitte la direction des Bouffes du Nord. Les deux comédiens Emmanuel CIot et G, Dublay lui succèdent.

1904

La salle, sous l'impulsion de ses directeurs, est entièrement restaurée, repeinte, l'électricité y est installée. Comme pour lui donner ses lettres de noblesse on rebaptise le théâtre "Théâtre Molière" et on fait appel à des auteurs tels que Kistemaeckers, G. Spitzmiller, Georges Darien, A. Bernède et Gaston Leroux dont on monte une adaptation de son "Chéri-Bibi". L'arrivée du chansonnier, Aristide Bruant, interprétant sa propre pièce: "Fleur de Pavé" est considérée comme un événement.

Août 1914

Le Théâtre Molière, comme tous les autres théâtres, ferme ses portes.

1917

Déjà propriétaires de plusieurs scènes de variétés. Oscar Dufrenne et Henry Varna se portent acquéreurs des Bouffes du Nord qu'ils transforment en music-hall. Chaque année ils produisent deux revues, aux titres évocateurs, que signe, le plus souvent Henry Varna, et qui ont toujours beaucoup de succès: "C'est couru", "C'est épatant". "Cline, va!". "Le droit de couchage!". "La Revue très excitante", "La Revue folichonne", "Le Coucher de la marquise". "La Vie d'une fille", etc...

1923

Oscar Dufrenne et Henry Varna se retirent après avoir empoché de sérieux bénéfices. Henry Darcet leur succède et inscrit les Bouffes du Nord dans "Le Consortium des théâtres de quartiers". Réunis dans une même association, Les théâtres des Gobelins, de Grenelle, des Ternes, de Montrouge, des Bouffes du Nord, etc "font tourner des spectacles à succès, créés sur les boulevards. Les principaux rôles sont tenus par des comédiens de second rang, les prix des places sont modestes et l'affiche change toutes les semaines. Malheureusement certaines salles de quartier disparaissent, les unes après les autres, absorbées par la nouvelle industrie du cinéma.

1929

Paul Le Danois et Charles Malincourt remplacent Henry Darcet qui prend la direction de la Scala, Ils poursuivent comme ils peuvent la politique du Consortium.

Août 1932

Charles Malincourt se suicide, dans une crise de dépression.

Octobre 1932

Après avoir remis en état la salle, modernisé le plateau, Paul le Danois accueille le journaliste Léon Moussinac, fondateur du théâtre d'Art international, futur directeur de l'I.D.H.E.C., qui présente trois spectacles remarquablement montés et joués par une troupe de cinquante comédiens.
13 octobre 1932, "Miracle à Verdun" de Hans Chlumberg.

Novembre 1932

5 novembre 1932, "Le Train blindé n° 14-69" de Vsevolod Ivanov.
30 novembre 1932 "Acide prussique" de Friedrich Wolff.
Bien que la critique reconnaisse la grande qualité de ces spectacles, les recettes ne peuvent couvrir les dépenses, ni les frais du loyer, Léon Moussinac doit abdiquer.

Décembre 1932

Décembre 1932 "Les Surprises du divorce", vaudeville d'Alexandre Bisson.

1935

Décès de Paul le Danois. Les Bouffes du Nord n'offrent plus que des spectacles épisodiques.

1943

La chanteuse réaliste Damia organise des soirées de music-hall dans lesquels elle tient la vedette.

Mai 1945

Comme pour fêter l'Armistice, un jeune metteur en scène, plein d'enthousiasme, Jean Serge, ouvre à nouveau le théâtre auquel il donne le nom de "Théâtre des Carrefours".

25 mai 1945

"L'Invasion" de Léonid Léonov (Prix Staline 1944) avec Daniel Ivernel et Michel Piccoli.

30 octobre 1945

"Les Bouches inutiles" de Simone de Beauvoir, avec Michel Vitold.

27 janvier 1946

"Winterset" de Maxwell Anderson, adaptation de Marcel Achard avec Daniel Gélin et, dans un petit rôle, Louis de Funès, et "Le Roi sans amour" de Paul Mourousi.

Septembre 1946

Ne pouvant plus assumer financièrement la bonne marche du théâtre, Jean Serge se retire. René Marjolle, ex-chanteur de l'Opéra-Comique souhaite donner une vocation lyrique aux Bouffes du Nord, mais après une année difficile, lui, aussi, abandonne.

Décembre 1950

Charles Béai, ancien directeur du théâtre de l'Humour, tente à son tour l'expérience. Il la réussit grâce à une reprise de "Ces Dames aux chapeaux verts" d'après le roman de Germaine Acremant, avec Alice Tissot et Armand Bernard. La pièce "tient" plus de trois mois. On se reprend à espérer...

1951

"1900, c'était le bon temps", spectacle de music-hall.

Juin 1952

Trop vieux, mal entretenu, le théâtre ne présente plus les normes de sécurité prescrites par la préfecture de Police et doit fermer ses portes.

1974

Peter Brook et Micheline Rozan, fondateurs du Centre International de 8 Créations Théâtrales, se souviennent de ce bâtiment délabré qu'est le théâtre des Bouffes du Nord. Grâce à l'appui financier du Festival d'Automne, que dirige Michel Guy, ils le font restaurer avec une intelligence et un goût remarquables.

"C'est souvent beau, un vieux théâtre, mais toute mise en scène y reste confinée dans des espaces d'autrefois. Un théâtre tout neuf peut être dynamique et pourtant rester froid et sans âme. Aux Bouffes du Nord, on est frappé par la noblesse des proportions, mais en même temps, cette qualité est cassée par l'apparence rude du lieu. Ces deux aspects font un tout. Si l'on restaurait parfaitement le théâtre, alors la beauté de l'architedure perdrait en quelque sorte de sa force et deviendrait un inconvénient."
Peter Brook, 1974.

15 octobre 1974

Réouverture du théâtre des Bouffes du Nord avec "Timon d' Athènes", dans une adaptation de J.-C. Carrière. Mise en scène de Peter Brook.

 

Inscrivez-vous à la Newsletter Inscrivez-vous à la Newsletter Pro

et soyez informés de l’actualité du Théâtre des Bouffes du Nord

Votre email n'est pas valide

Votre email a bien été envoyé